Comment se passer de Philippe Muray? ?>

Comment se passer de Philippe Muray?

Trempée dans le vitriol, la plume de Philippe Muray (on dit bien MU-RAY, comme MU-SIQUE, et pas Meuray) est un outil magnifique de réflexion sur le temps présent. Visionnaire incroyable, ses textes des années 90 sont d’une lucidité implacable sur les errances absurdes de la post-modernité, sur l’instauration du vide par la prolifération de l’insignifiant, sur tout cet air brassé qui finit par en être viscié.

Est-il trop catégorique quand il décrète la fin de l’Histoire? Sans doute force-t-il le trait, soutenu par son talent littéraire de pamphlétaire. Cependant son ironie mordante se révèle ultra efficace, et surtout perspicace quant à  la transformation de la société en Fête perpétuelle, moyen ultime de noyauter les individus, plus subtil et redoutable que toutes les terreurs totaliristes… Là je paraphrase, voyons plutôt quelques extraits revigorants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *